• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 330 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    2016-2017: Une année… sur Noël multicouleur
    2016-2017: Une année… sur Chagrin en temps de jeune…
    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 127,950 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Symétrie meurtrière

estanteria

« Meursault, contre-enquête », le roman lauréat de Kamel Daoud, interroge la célèbre oeuvre d’Albert Camus mettant en relief les contradictions et faiblisses morales de nos civilisations et de la nature humaine.

Ce dernier vendredi de lectures pour l’ATELIER s’est passé avec « Meursault, contre-enquête », l’ALTER EGO DE CAMUS .

Nous avons bien profité de deux lectures : de « L’étranger », et du livre de cet auteur algérien : Kamel Daoud qui nous a encore rappelé les sujets clés et insurmontables de son pays, l’Algérie, ce pays oublié d’Occident ; de la colonisation et des colonisateurs, de «ses souffrances» mises dans la voix du protagoniste de cette contre-enquête qui a remis en question l’absurdité d’un personnage parfaitement conçu par le grand Camus , de l’existence d’un «mort» qui n’a jamais été enterré… de cette révolte suggérée par Camus –même dans son «étranger», vide et toujours vivant… de ce mort sans «prénom» et qu’il faudrait revendiquer car comme Kamel écrit sur son livre :

« On ne tue pas un homme facilement quand il a un prénom » (chapitre III) ; « c’est important de donner un nom à un mort, autant qu’un nouveau-né. (chapitre II).

Lire la suite

Publicités

Camus-Sansal, Sansal-Camus: « L’Envers et l’Endroit »

Sansal - Camus, deux faces d'une même monnaie

Sansal – Camus, deux faces d’une même monnaie

DE PETITES RÉFLEXIONS POUR UN DÉBAT OUVERT, Á PROPOS DU CONCEPT DE  « L’ENVERS ET L’ENDROIT » CHEZ ALBERT CAMUS vs BOUALEM SAMSAL, TOUJOURS AUTOUR DE LEURS ŒUVRES  L’Envers et L’endroit, et Rue Darwin.

De mon point de vue, après avoir lu les œuvres citées, il faudrait prendre les termes L’envers et l’endroit comme un tout inséparable, dont le concept ferait référence à deux dimensions :

  •  D’une part, d’une position de spectateurs ou d’observateurs des phénomènes sociaux, il s’agirait de percevoir la conception que nous avons de tout ce qui nous entoure, d’un point de vue pesimiste ou optimiste de la vie. Et en conséquence,  d’affirmer, pressentir, ou admettre la supériorité du négatif (l’injustice, le mépris, la haine, l’aliénation, l’ostracisme, etc.) ou du positif (la justice, l’affection, l’amour, la force de la propre identité, de l’intégration dans notre environnement social, etc.).
  •  D’autre part, depuis une position d’agents de changement, il faudrait découvrir ou déterminer quelle est notre attitude devant la vie : plus positive (adopter une position de révolte, de mécontentement, d’activité, de prise de décisions), ou plutôt négative (de soumission, de résignation, de passivité, d’inhibition, etc..).

L’Envers serait conçu comme le côté négatif du monde ou le fait d’adopter une attitude passive ou pessimiste, tandis que L’Endroit serait le contraire.

Donc, si nous y convenons, tout cet ensemble de phénomènes pourrait être jugé, à partir de ce concept:  L’envers et L’endroit. Et dans le cas de nos auteurs, nous allons nous poser la question: qui se trouve plus proche de l’envers et qui de l’endroit ?  (Peut-être que nous ne devrions pas comparer les idées, les sentiments, enfin, la pensée et l’œuvre des écrivains d’âges si différents, mais en tenant compte que notre travail n’a pas l’intention d’être ambitieux, on devrait d’être indulgente avec notre idée, à mon avis ).

Lire la suite

Retour à la vie

Rue Darwin

Voici la plaque bleue de l’ancienne « Rue Darwin » de Belcourt, à Alger. N’y aurait-il pas une rue Darwin dans chacun de nous ?

On ne peut pas parler de littérature francophone sans citer cet auteur: Boualem Sansal, l’auteur de « Rue Darwin ».

C’est la première fois dans toute l’histoire de l’Atelier que nous allons aborder le commentaire d’un livre en trois séances. Telle est la complexité de cette œuvre.

Un roman psychologique, qui mérite d’une lecture reposée, avec un style moderne d’un auteur maudit dans son pays, pour le régime politique, mais qui distille sensibilité, émotion, et beaucoup de réflexions.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :