• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 318 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
    Symétrie meurtrière… sur Camus-Sansal, Sansal-Camus:…
    Symétrie meurtrière… sur Retour à la vie
    Symétrie meurtrière… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 122,503 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Re-vivre la vie

captura-de-pantalla-2016-11-20-a-las-11-04-36

« Charlas con Inmortales« : Romain Puértolas avec  Napoléon, le 17 novembre 2016 (Institut Français de Madrid)

Une année après l’intervention dans ce même endroit de son ami écrivain : David Foenkinos ,  pour « bavarder » avec Charlotte Salomon, sans trop y penser et spontanément nous nous sommes mis à parler avec Romain Puértolas à la fin des signatures de son livre (écrit avec accent sur le «e» mettant en relief ses origines espagnoles du côté de son grand-père.)  Il ne nous a pas du tout déçus, tout au contraire, on est décidés à lire «Re-vive l’Empereur», maintenant que nous avons bien lu son histoircaptura-de-pantalla-2016-11-20-a-las-11-11-46e du fakir voyageant dans une armoire IKEA.

Tout est possible chez cet auteur. Un gentlemen habillé en jeans et tennis de converse, d’un regard attirant et très souriant qui prenait le micro comme s’il était dans un programme de télé. De grande taille athlétique, on dirait un acteur qui vient parler de son dernier film.

captura-de-pantalla-2016-11-20-a-las-11-13-54Helena Cosano, écrivaine, diplomate et traductrice littéraire l’a très bien interviewé, à la manière d’une présentatrice vedette… Leurs regards se croisaient instantanément…et toute l’audience s’est bénéficiée de cette connexion produisant un dialogue fluide, presque familial.

Présenté comme « un auteur à succès » par le Directeurs de l’IF de Madrid, la petite heure de « charla » s’est passée comme un éclair. L’auteur parle de Napoléon, son personnage fabriqué de toute pièce et assujetti à sa puissante imagination. Il lui donne une vie réelle après 200 ans de sa mort: Napoléon, après un détour de l’histoire réelle, devient un « hibernatus » qui renaît après être décongelé. Il nous le montre différent de toute approche historique et conserve en même temps ses caractéristiques : Napoléon (« Napy  » dans le livre et pour les amis), était un personnage d’une grande culture qui lisait et écrivait énormément dans sa vie de général de troupes françaises. Dans ce livre il deviendra un personnage plus sympa, presque féminin ou féministe, plus moderne qui peut ainsi tomber amoureux d’une femme « d’aujourd’hui »: Charlotte, la nouvelle « Josephine ». « L’Ogre » sanguinaire devient un personnage idéaliste, plus humain, plus poétique… plus littéraire, somme tout.captura-de-pantalla-2016-11-20-a-las-11-20-47

Sa langue maternelle était le dialecte génois, il avait un accent en parlant français et faisait des fautes d’orthographe, cependant on le doit la stratégie de véhiculer la langue française dans le monde entier et de devenir l’un des plus Grands des Français.

L’auteur habille le personnage d’un bicorne et d’un petit moulant et débarque dans notre monde de cette guise. Il ne faut pas oublier qu’il existe encore de descendants réels de Napoléon qui ont eux-mêmes de l’importance dans cette histoire.

Captura de pantalla 2016-11-20 a las 11.22.25.png

Les descendants de Napoléon seront des personnages joueront son rôle dans le roman

Comment va-t-il s’adapter à ce « nouveau » Napoléon qui était né à Ajaccio en 1806 ? Il devra s’adapter, car selon une phrase de l’auteur : « l’adaptation c’est le secret de l’intelligence » ; il ne pourra pas être ce qu’il était ; il devra plutôt «mettre de l’eau dans son vin», devenir tolérant. Il ne pourra plus, dans notre monde, monter sur son cheval, Vizir, et haranguer ses troupes. Il trouvera dans le chemin de ce nouveau monde des personnages comme Shakira [ chat qui rat] ; l’auteur aime bien les jeux de mots… et dans ce livre il y en a aussi.

Mais, de l’avis de l’auteur, sa parution à ce moment précis est nécessaire pour entamer la lutte contre l’irrationalité représentée par le Daech contre lequel il va réunir une autre Grande Armée: les valeurs de la Révolution face au djihadisme, les idées de l’Illustration contre le fondamentalisme.

L’auteur croit que Napoléon aurait été de nos jours un parfait « coach », un spécialiste dans le développement personnel qui aurait eu du succès en nous apprenant comment réussir dans la vie. Il faisait briller les autres, il les aidait à se découvrir…

Voici quelques paragraphes du livre lus par l’auteur même:

Un moment grave arrive quand on discute sérieusement sur l’idée que ce livre s’attaque à la supposée laïcité française mais qui privilégie le catholicisme et qu’il a été publié deux semaines avant les attentats de Paris du 13 novembre. On lui pose une question : « votre vie est en danger ? » Depuis quelque temps il est accompagné des gardes de corps, il sort escorté, il prend ce fait avec humour, en disant qu’il préférerait ne pas mourir , sa réflexion est aussi très humoristique : « les mecs qui font les attentats ne lisent pas »

Une histoire un peu truculente racontée dans son histoire nous amène à savoir du sort du pénis de Napoléon acheté aux enchères pour 3000 dollars par un urologue américain et qui est allé gésir dans une cave oubliée quelque part de l’Amérique ; pour arriver à cette découverte, Romain Puértolas, s’est bien documenté et il va refléter cet épisode de la « vie post-mortem » de Napoléon aussi dans sa réinventée vie littéraire. C’est une des caractéristiques de ce livre atypique: le mélange moqueur entre la réalité et la fiction,  les parallélismes entres les personnages réels et les romanesques: Charlotte-Josephine, Valentin-Cambacères .

Et aussi une autre constante dans les livres de cet auteur: le rôle de l’humour et de la parodie pour mettre en relief des sujets très importants: l’immigration illégale chez « L’extraordinaire histoire du fakir… », les contradictions de la vie moderne et l’essor des radicalismes au XXIème siècle.

captura-de-pantalla-2016-11-20-a-las-11-54-35À part le tapage médiatique qui a pu avoir ce livre , l’auteur est fier de dire qu’il écrit beaucoup, n’importe quand, dès qu’il a de quoi écrire il doit absolument l’afficher partout : chez soi sur des petits papiers dans toutes les pièces de la maison, sur son portable, sur des emails qu’il s’envoie à soi-même . Il écrit d’un jet, pris par la spontanéité et par l’inspiration, il n’emploie plus d’un mois à boucler un livre, affirme aimer apporter un sourire, son fil conducteur c’est le positivisme et la manière « légère » de traiter les sujets profonds et l’un de ses auteurs préférés c’est Boris Vian.

Il n’a jamais aimé la réalité, « je ne suis pas intéresse à raconter les choses telles qu’elles sont », avoue à un moment de son discours,  la littérature se fait pour donner de l’espoir. De là la bonne question posée par notre ami Javier Medina qui a demandé sur la possible connexion entre le personnage du Fakir et celui de ce roman napoléonien ; question bien élaborée et qui a fait presque dire à l’auteur : « Napoléon, c’est moi ». « Quand on écrit on peut corriger le monde » ; « c’est plus efficace de convaincre que de vaincre » car ce n’est pas possible de tuer les idéologies. Il restera toujours quelqu’un qui s’attachera à ces idées meurtrières. Il faut établir une guerre idéologique pour changer les mentalités des extrémistes religieux. Mais, à la fin l’auteur même reste sceptique: ce ne sera que dans le royaume de la littérature que l’on pourra vivre l’illusion d’un monde meilleur. Chez « Re-Vive l’Empereur », Romain Puértolas, donne à l’histoire une seconde opportunité pour reconduire la démarche de la civilisation vers l’espoir, choisissant le positivisme comme la meilleure façon d’interroger la réalité et d’y tirer les conclusions qui nous permettent d’avancer.

Il ne nous a manqué que nous unir tous pour faire un louange :

« Vive Napoléon ». Lisons ce livre…

Captura de pantalla 2016-11-20 a las 12.02.59.png

Quelques membres de l’Atelier de Littérature Française avec Romain Puértolas. après la présentation de son livre « Re-Vive l’Empereur »

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s