• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 330 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    2016-2017: Une année… sur Noël multicouleur
    2016-2017: Une année… sur Chagrin en temps de jeune…
    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 126,800 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Un homme juste

edmond

Tous les 15 novembre et depuis déjà trois ans, arrive le jour dedié à Edmond, notre cher écrivain qui, avant de partir, nous a , helàs, surpris en train de discuter sur ses « Lettres à moi même ». Nous ne voudrions pas que cette journée finisse sans allumer notre petite chandelle littéraire à sa mémoire. Comme chaque année, à la tombée du soir, quand les éclats du soleil meurent à petit feu vers leur sommeil inevitable, un groupe des lecteurs lèvent leurs regards vers un horizon, lointain, élargi par la main créatrice de cet écrivain « des trois cultures ».

Et c’est à sa mémoire que nous lisons ce petit texte, hommage sur l’écran d’un de ses amis les plus chers, Abdellah Baïda, qui laisse un de ses beaux écrits sur un Facebook qui reste ouvert, étranger à sa disparition physique, permettant pour toujours de continuer à parler avec Edmond… C’est à sa mémoire que nous voulons faire nôtres ses mots intimes, et passionnement justes .

De l’Atelier de littérature… pour Edmond

15 novembre 2013

(Mon cher Edmond,

Le 15 novembre, il y a 3 ans, tu es parti.
Ta pensée lumineuse éclaire encore nos pas hésitants.
Je sais que du haut de ton perchoir dans le Ciel, tu ricanes encore,
En nous voyant nous agiter ici bas.
Tu as survolé avec tes semelles de vent la dure durée d’un siècle,…
Natif de Safi. Ils ont choisi de t’attribuer l’incertaine case du 30 mars 1917.
Ce fut la première Grande Guerre.
Juif et fier de l’être, tu embrassas avec fougue la diversité de ta chère patrie.
Philosophe, homme de lettres et explorateur de divers horizons tu fus.
Une incursion dans le giron communiste t’amusa, idéal strapontin pour narguer le colonisateur.
Tu claquas la porte de tout parti politique; l’indépendance du Maroc rimait avec la tienne.
Hélas, ton passé de militant te rattrapa au tournant des événements de 65. Et tu eus le culot de claquer la porte d’un pays.
De l’autre côté de la méditerranée, tu arrivas en plein 68 que tu considérais bluffe sur bluffe. 69 te faisait plus ardemment rêver.
Tu crachas ton venin dans un premier Parcours immobile qui fut suivi de ses frères et sœurs légitimes. Je te les cite:
AÏLEN OU LA NUIT DU RÉCIT /
MILLE ANS UN JOUR /
JEAN GENET, LE CAPTIF AMOUREUX /
LE RETOUR D’ABOU ELHAKI /
L’ŒIL ET LA MAIN /
ABNER ABOUNOUR /
LE CAFÉ BLEU, ZRIREK /
UNE FEMME UNE MÈRE /
DAR CHEMÂA /
LE PÉRIPLE DE LACHAUX /
LA MALLE DE SIDI MAÂCHOU /
LUMIÈRE DE L’OMBRE, PÉRIPLE AUTOUR DE JAZOULI /
LETTRES À MOI-MÊME
….
Et bien d’autres… traces laissées partout où tu passais dont les plus indélébiles celles gravées dans les cœurs.
Nous ne t’oublierons pas.

Abdellah Baida,
(14 nov. 2013, Abidjan.)

En plus…

« Va pour un dernier tour dans la Caverne de Baba Amran »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :