• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 318 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
    Symétrie meurtrière… sur Camus-Sansal, Sansal-Camus:…
    Symétrie meurtrière… sur Retour à la vie
    Symétrie meurtrière… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 122,503 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Rétrospective

Mionument: "Le chemin de la Langue Castillane"

Mionument: « Le chemin de la Langue Castillane », à Ávila (Espagne)

Voici une petite rétrospective de nos séances jute au début d’un nouveau cours, d’une nouvelle étape, au début du début.

« L’Atelier fait sa neuvième rentrée cette année 2013-14 »

Un peu d’histoire récente:

Il me semble essentiel, avant de commencer cet exercice de mémoire, de vous offrir une médaille à vous tous: les membres de l’Atelier et nos chers lecteurs . Une médaille au travail fourni dans ce parcours d’apprentissage avec la littérature francophone  et marocaine d’expression française. Mais « toute médaille a son revers » et ce revers  est dédié cette fois et toujours,  tout spécialement, à notre chère amie, membre de l’Atelier : María

 Nous avons déjà parcouru notre huitième année de cette expérience littéraire et lectrice que c’est l’Atelier de Littérature. Cette dernière année scolaire peut être qualifiéé comme l’année de notre « sortie à l’extérieur » et de la récompense gratifiante d’avoir ouvert cet espace singulier et créatif à de nouveaux auteurs « venus d’ailleurs ».

L’histoire de ce cours scolaire a commencé quand nous divisons tout près de nous le mois d’octobre 2013 juste après les derniers jours de septembre. Notre habituelle réunion préparatoire du début de cours était consacrée non seulement à  nous donner la bienvenue après un été aussi plein de lectures, mais à embrasser les nouveaux membres que chaque année veulent joindre notre « équipe ».

atelier2013

Un arbre très littéraire

Un arbre très littéraire

Cette réunion résonne encore dans nos mémoires, avec les échos littéraires de la lointaine francophonie de Durban (Afrique du Sud), une ville qui avait célébré le Congrès de la Francophonie et qui avait compté qui comptait avec un témoin de luxe, notre professeur qui était arrivée à vaincre toutes ses peurs et avait décidée de partir pour découvrir « de l’autre côté du monde » de nouveaux auteurs d’expression française et francophone: la ivoirienne Véronique Tadjo; Boulaem Sansal, algérien; Mathias Ennard, un Français enraciné à Barcelone; l’écrivaine marocaine Lamia Berrada-Berca; David Foenkinos, un parisien appartenant à la nouvelle génération d’écrivains.

Pas seulement de nouveaux sons ont rempli cette année « atelierienne » mais de brillantes couleurs qui ont lancé notre aventure littéraire vers des endroits inconnus, inexplorés, insaisissables de la plupart des lecteurs espagnols, une « marque d’identité » de notre Atelier, toujours jeune, toujours curieux, toujours insatiable, toujours ouvert vers d’autres sensibilités exprimées dans cette langue aimée qui est le Français.

Un petit peu plus d’histoire

Notre blog, ce paresseux notaire de nos réunions, s’est réveillé avec une bonne nouvelle: la publication au mois d’Aout 2012, d’un article intitulé « Nuestros vecinos del Sur » (« Nos voisins du Sud ») chez le blog d’éducation « Escuelas en Red » (« Réseau d’écoles ») appartenant à la constellation de blogs encadrés dans le prestigieux journal « El País », dans lequel on parlait de la petite histoire et les objectifs de cette expérience éducative.

Nous pourrons résumer la trajectoire de ce cours scolaire en trois faits principaux:

  • La croissance du blog comme une créature technologique: on l’a complété avec une nouvelle rubrique « Les villes Invisibles » pour y recueillir tous les documents appartenant à une œuvre ou à un auteur, les voies qui se mêlent ou qui partent de la route principale d’un roman, pour mieux accueillir ces univers parallèles qui comblent cette expérience divergente, presque anarchique, qui trouve des liens impensables, parfois impossibles vers de réalités tout à fait différentes. Nous, chez l’Atelier, faisons un vrai travail de recherche autour de l’œuvre qu’on lit; nous restons au gré des flots, notre bateau encalminé et notre boussole étourdie par les mouvements de va-et-vient forcés par les différentes déroutes que les lectures nous provoquent.

Nous avons aussi renouvelé l’aspect de notre blog, pour garder aussi mémoire des évènements qui ont caractérisé chaque année, dans ce cas: le Prix Goncourt 2013 décerné à l’écrivain marocain Fouad Laroui, la présentation du livre “Au fil des livres” de notre cher critique littéraire et écrivain Abdellah Baïda, source inépuisable d’inspiration de notre Atelier et livre de référence obligatoire, et aussi l’annonce de colloques, de conférences…

Une autre « fenêtre » récemment ouverte à nos visiteurs c’est le « Kiosque de l’Atelier », pour y loger toutes les manifestations culturelles parlant de la francophonie et et de la littérature, en général: des entretiens à auteurs, directeurs de cinéma, pour montrer les titres de livres de récente parution, les nouvelles de Casa Arabe à Madrid -une autre «rubrique» à ne pas rater-, des manifestations artistiques comme « La journée de la francophonie », des œuvres littéraires comme le “Panorama des littératures francophones d’Afrique”, etc.

Et tout récemment notre vidéothèque s’est complètement renouvelée et pour mieux trouver les vidéos  elles sont classées sur des catégories différentes: EOI, MusiqueActualité, Sur Scène, Mélange, Lire à haute voix, Cinèma, Auteurs, Documentaires, Conférences, Art

  • Le groupe s’est aussi renouvelé avec les nouvelles voix des élèves qui ont fini le niveau avancé de Français à l’École et qui ont apporté ce bol d’air frais qui nous était indispensable pour nous réinventer et laisser toujours l’Atelier en plein projet de futur. Il faut faire une mention spéciale à la collaboration comme rédacteur d’un de ces nouveaux membres: Carmelo López, écrivain dans la « arrière-garde » qui nous a fournis ses chroniques passionnées, rédigées avec un critère rigoureux et bien fondé , tissées avec des idées bien pensées et bien exprimées. Mais aussi, une énorme tristesse nous a rempli l’âme cette année, celle de dire un adieu permanent à notre chère María Nieto, professeure de Français au lycée Alpajés et une copine irremplaçable de notre famille littéraire. On l’a fait déjà un hommage sur ce blog qui restera pour toujours comme une flamme incandescente de sa présence et sa mémoire, de notre amour pour elle. Le « va-et-vient » qui est aussi la vie, nous a obligé à dire un adieu, joyeusement temporel, à notre membre d’honneur, Rosa Mª Pérez, qui à cause d’un corps fatigué de ses 85 ans, ne pourra que nous rendre visite de temps à autre. Et, l’autre face de la monnaie, notre plus jeune « atelierienne », Irene Corpa, qui nous laisse pour continuer à découvrir le monde, son monde professionnelle… Peut-être sera-t-elle, le jour arrivé, à la fin de son parcours, qui prendra le relais des nouvelles générations d’un Atelier aussi appartenant au futur?

Un cours convulsé et enrichissant en même temps, plein d’auteurs, de voix, d’histoires, d’évènements, de moments littéraires inoubliables, de débats passionnants et de projets de futur.

Les objectifs ont été pleinement achevés et à travers nos rencontres littéraires, on continue à marcher vers des horizons éducatifs plus ambitieux:

  • Faire connaître la littérature et faire lire les littératures différentes, inhabituelles mais aussi indispensables chez le panorama de la francophonie.
  • Un perfectionnement de l’expression oral, des structures orales, dans cette langue « qui se résiste à être saisie » mais qui nous attire de plus en plus.
  • Le débat comme outil pédagogique, pour mélanger, combiner et profiter des points de vue différents.
  • Une projection aussi internationale que possible de cette « autre littérature » qui n’est presque présente chez nous mais qui mériterait d’être une référence pour tous ceux qui aimons et parlons la langue française.
"L'égoutier" dans les rues de Bratislava. Pendant cette année nous avons plongé dans les profondeurs de beaucuoup de rues: "Darwin", "Des voleurs"...

« L’égoutier » dans les rues de Bratislava. Pendant cette année nous avons plongé dans les profondeurs de beaucuoup de rues: « Darwin », « Des voleurs »…

beaucoup

Voici les titres et les auteurs que nous avons lus, liés à la chronique correspondante sur le blog sur lesquelles nous avons voulu recueillir toute la symbologie, les pensées, les idées, les débats et impressions provoquées par la lecture de ces œuvres.

  1. Rue Darwin (Boualem Sansal)  : Retour à la vie
  2. Rue des voleurs (Mathias Ennard): De Tanger à Barcelone : une épopée silencieuse: Sisyphes de la vie.
  3. Loin de mon père (Véronique Tadjo): Le silence des arbres
  4. La Délicatesse (David Foenkinos) : Le royaume des cœurs endormis
  5. Kant et la petite robe rouge (Lamia Berrada) : Une lumière en rouge pour les ombres voilées.
  6. Mme. Bovary (G. Flaubert) : «À l’attente d’être publié et sans titre pour l’instant»

En plus il y a eu d’autres moments et d’autres sujets qui nous ont occupés:

  • L’Atelier a démarré la nouvelle édition de ce cours 2012-2013 sous la pluie, dans  un après-midi très littéraire. Les sentiments de la rencontre et la promesse de toute une année devant nous font l’âme de l’article À toute allure.
  • Dans Suite Africaine, Inma nous a laissé une petite trace de  son passage par Durban et de sa participation au XIIIème Congrès de la FIPF (Fédération Internationale de Professeurs de Français).
  • L’Atelier a décidé, à l’occasion du deuxième anniversaire de la disparition  d’Edmond Amram El Maleh, d’allumer quelques « chandelles littéraires » essayant de maintenir l’ardente flamme de sa mémoire et de laisser trace de notre grand respect pour lui et pour son œuvre: La flamme ardente de la mémoire
  • Les pensées de Mario Benedetti ont résonné dans notre blog chez Qu’arriverait-il si nous nous réveillons un jour?
  • De petites réflexions ont surgies lors d’un débat ouvert à propos du concept de « L’envers et l’endroit » chez Albert Camus et Boualem Samsal, toujours autour de leurs œuvres   L’Envers et L’endroit, et Rue Darwin. Elles se trouvent sur Camus-Sansal, Sansal-Camus: « L’Envers et l’Endroit »
  • Un grand prix éducatif a été décerné à notre cher collègue de l’Atelier,  créateur de notre blog, Javier Medina, le Prix «Giner de los Ríos » qui prend le nom d’une figure indispensable dans l’histoire de l’éducation espagnole, Francisco Giner de los Ríos, un visionnaire qui a créé « La Institución Libre de Enseñanza (l’Institution Libre d’Enseignement), toute une idée révolutionnaire qui basait ses principes pédagogiques sur l’encouragement de la pensée en liberté.  L’Atelier, en célébration à été consacré à cet évènement.

L'Atelier a été présenté chez le Simposium iTest IV, dedié à l'innovation pédagogique

L’Atelier a été présenté chez le Simposium iTest IV, au sujet de l’innovation pédagogique

L’année scolaire a fini avec la bonne nouvelle de la sélection de l’expérience de l’Atelier dans le IV Simposium Itest d’Aranjuez, organisé par le groupe de professeurs  grupo  HEOL (Herramientas de Evaluación On Line, Outils d’évaluation on line) du CES Felipe II, centre universitaire de l’Université Complutense de Madrid. Parmi d’autres expériences éducatives innovatrices, notre aventure lectrice a été représentée par notre professeure, Inma, le 11 juin 2013. Dans sa présentation, Inma a souligné le caractère collectif de cette initiative et la présence chez l’Atelier des quatre détresses ou compétences des enseignements présentes chez les Écoles Officielles de Langues.  Elle a voulu aussi mettre en relief le rôle de la littérature comme le sentier de choix pour arriver à l’interculturalité et l’entente entre les peuples. Voici cette présentation multimédia pour remémorer cette séance inoubliable.

Or, pas un autre cours de plus mais une autre année qui nous a trouvés plus engagés, où nous avons travaillé et joui, au milieu de cet océan de diversité et de pluralité, qui sont les œuvres d’expression française.  Presque 82.000 visites accréditent cette aventure qui cherche à élargir les frontières de notre univers littéraire et à rapprocher la francophonie aux lecteurs espagnols.

Notre Atelier continue sa démarche toujours à la recherche de nouvelles voies de communication qui, s’appuyant sur la technologie, servent à la cause partagée de la lecture et de la litterature.

Un futur qui s’entremêle d’une façon naturelle avec un présent, au grès des flots,  faisant de l’Atelier et de son blog un haut-parleur pour mettre en relief l’actualité littéraire, les nouvelles œuvres et auteurs qui nous apportent l’espoir de la surprise et de la rénovation, les travaux des collaborateurs si fidèles comme notre cher Abdellah Baïda qui sera dorénavant présent entre nous avec une rubrique nommée « Chroniques d’Abdel » où il nous montrera chaque semaine une nouvelle chronique audiovisuelle d’un livre et d’un auteur actuel de la littérature marocaine d’expression française…

Pour finir cette rétrospective nous proposons deux phrases -en Espagnol et en Français- qui résument à la perfection la force tranquille et l’esprit de « notre Atelier »:

La literatura es la experiencia de ver el mundo como un milagro. (Profesor Rodriguez Adrados)

Le monde existe pour aboutir à un livre (Stéphane Mallarmé, poète français)

Au gré des flots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s