• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 321 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
    Symétrie meurtrière… sur Camus-Sansal, Sansal-Camus:…
    Symétrie meurtrière… sur Retour à la vie
  • Nous avons eu...

    • 125,878 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

À la mémoire d’Edmond Amran El Maleh (Safi 30 mars 1917 – Rabat 15 novembre 2010)

L'Atelier veut rendre un petit hommage à notre cher écrivain, éleveur des mots

L'Atelier veut rendre un petit hommage à notre cher écrivain, éleveur des mots

Les écrivains sont vraiment des personnes privilégiées. Ils jouissent de la fortune de l’immortalité, celle que la mémoire de leurs lecteurs leur concède.

Souvent une espèce de complicité, de liaison invisible jaillit entre les « éleveurs des mots » et les « consommateurs des émotions » qui lisent  leurs œuvres.

Et cette liaison continue au-delà même de l’essence matérielle des créateurs lorsque celle-ci  est finie, suivant la dérive naturelle de tous les êtres humains.

Rien ne change alors entre cette amitié, tressée en temps d’intimité,  surgie de ce monologue à deux qui croise sans cesse les pages d’un livre ouvert.

Ou peut-être oui, quelque chose arrive lors de cette disparition, car à partir de ce moment, les lecteurs, tous les lecteurs, deviennent les gardiens de cette mémoire, amplificateurs de ces mots orphelins.

C’est le cas d’Edmond Amran El Maleh qui, un autre quinze novembre, remplit sa valise de ses plus chers vécus et partit, nous laissant ses pensées, ses idées, sa mémoire, son regard, son art littéraire.

L’Atelier voudrait , une année après, lui rendre un petit hommage et profiter de cette occasion pour remémorer sa figure, et ainsi marcher et faire un nouveau petit pas de sa  main sur son « Parcours immobile » récréé et offert pour nous tous.

À toujours, Edmond.

(…) qu’il caressait  secrètement plaisir solitaire éleveur de mots c’est ça il l’avait consigné dans son cahier d’écolier de cette écriture qu’il avait toujours détéstée qui avait ce goût de l’échec :  Le beau plumier la gomme le porte-plume des plumes sergent-major le taille-crayon des crayons de couleur le tablier noir l’ardoise et l’odeur de craie, cet équipement merveilleux retombait en objets sans vie un seul jour de classe puis l’asthme l’avait de nouveau confiné dans sa chambre, retranché du monde des autres enfants : il se souvenait ils venaient d’habiter la nouvelle maison Dar El Ghali une superbe maison à deux étages à Trab Sini, en dehors de la médine l’école française était juste  à côté il n’était pas question qu’il aille à l’école de l’Alliance israélite le directeur ami de la famille avait fait la faveur de l’admettre un seul jour et elle s’était refermée devant lui il se souvenait vaguement il devait y avoir une fête de fin d’année par gentillesse on lui avait permis quand même d’y participer « Papillon de nuit veux-tu te marier ? sa mère sa tante lui avaient fabriqué des ailes bleues ajustées sur le dos une espèce de gilet en soie le corps du papillon  une petite fille devait lui adresser cette demande en mariage un gilet de soie sur la peau ! (pag 53,54)
« Parcours Immobile » Edmond Amran El Maleh
 
 

Colloque sur Edmond Amran El Maleh
Prochaine rendez-vous avec Edmond, à MEKNES pour un Colloque : Edmond Amran El Maleh: Art, culture et écriture (Faculté des lettres de Meknès, 1 et 2 décembre 2011)
Cycle de conférences de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc

Cycle de conférences de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc

Publicités

Une Réponse

  1. […] de l'article À la mémoire d’Edmond Amran El Maleh (Safi 30 mars 1917 – Rabat 15 novembre 2010) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s