• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 330 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    2016-2017: Une année… sur Noël multicouleur
    2016-2017: Une année… sur Chagrin en temps de jeune…
    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 127,528 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Une petite boussole pour le prochain voyage littéraire

-boussole

Deux nouvelles aventures littéraires

Voici notre première rencontre après les vacances de Noël et du Nouvel An. Pour l’atelier il va y avoir un « jour de fête », car nous aurons la chance de recevoir le conférencier qui est venu nous visiter il y a deux ans, l’excellent critique littéraire M. Abdellah Baïda. Il va nous parler sur « La littérature marocaine et le poids de la réalité », le 26 Janvier à 18:30, à l’École Officielle des Langues à Aranjuez.

On écrira un article dédié à cet événement extraordinaire mais avant, nous allons commencer à parler sur deux oeuvres: « La cravate rouge », un récit écrit par Abdellah Baïda , il nous l’a gentiment envoyé. Après on commencera à nous approcher de Léon l’Africain, d’Amin Maalouf, à travers nos impressions surgies de notre première lecture.

À continuation quelques lignes pour orienter la discussion et aussi leur lecture.

LA CRAVATE ROUGE

Nous voudrions partager la lecture avec vous, lecteurs de l’Atelier, de cette petite histoire et parler –écrire des commentaires c’est sans doute une façon très jolie et littéraire de parler-, une fois la lecture réalisée, des sentiments qui vous aient produit cette histoire.

Que diriez-vous à l’auteur ?



LÉON L’AFRICAIN (1ère approche)

C’est un livre qui mérite du repos, beaucoup de tranquillité pour le lire, et une grande ouverture d’esprit. Je ressens une grande pudeur au moment de vouloir « l’analyser » ou l’aborder car c’est plus qu’un roman, c’est toute la grande histoire ancienne et de la grandeur historique qui y est décrite. Alors, il ne faut pas être pressés, prenons notre temps pour savourer sa lecture.

 

1) Remarquez l’extrait suivant et commentons-le:

Extrait : «(« le livre de Fès ») pag, 87

(…)

J’avais ton âge, mon fils, et plus jamais je n’ai revu Grenade. Dieu n’a pas voulu que mon destin s’écrive tout entier en un seul livre, mais qu’il se déroule, vague après vague, au rythme des mers. À chaque traversée, il m’a délesté d’un avenir pour m ‘en prodiguer un autre ; sur chaque nouveau rivage, il a rattaché à mon nom celui d’une patrie délaissée.

D’Almeria à Melilla, en une journée et une nuit, mon existence a chaviré. La mer était clémente pourtant, et le vent docile, mais c’est dans le cœur des miens que grossissait la tempête.

Hamed le délivreur avait bien fait les choses, Dieu lui pardonne. Quand la côte d’Andalousie ne fut plus derrière nous qu’un mince filet de remords, une femme accourut vers notre coin de fuste, enjambant allègrement bagages et voyageurs. Sa démarche enjouée seyait mal à son accoutrement, des voiles si sombres, si épais, que nous aurions tous eu du mal à la reconnaître si Mariam n’avait été dans ses bras.

Les seuls cris de joie furent les miens et ceux de ma sœur. Mohamed et Warda étaient pétrifiés par l’émotion, ainsi que par les cent regards qui les assiégeaient. Quant à Salma, elle me serra un peu plus fort contre sa poitrine. À sa respiration retenue, à quelques soupirs échappés, je compris qu’elle souffrait. Ses larmes coulaient sans doute à l’abri de son voile, et ce n’était pas sans raison, puisque la passion débridée de mon père allait bientôt nous mener tous au bord de la déchéance .

Mohamed le peseur, si serein, et tout à coup si indomptable ! Il m’est arrivé de le perdre dans ma jeunesse, pour le retrouver dans mon âge mûr, quand il n’était plus là. Et j’ai dû attendre mes premiers cheveux blancs, mes premiers regrets, avant de me convaincre que tout homme, y compris mon père, avait le droit de faire fausse route s’il croyait poursuivre le bonheur. Dés lors je me suis mis à chérir ses errements, comme j’espère que tu chériras les miens, mon fils. Je te souhaite même de t’égarer parfois à ton tour. Et je te souhaites d’aimer, comme lui, jusqu’à la tyrannie, et de rester longtemps disponible aux nobles tentations de la vie.

(…)

Pour Haroun et moi, la découverte de Fès ne faisait que commencer. Nous allions la déshabiller voile après voile comme une mariée dans sa chambre de noces. De cette année-là, j’ai gardé mille souvenirs qui me ramènent, chaque fois que je les évoque, à la candeur insouciante de mes neuf ans. C’est pourtant le plus douloureux d’entre eux que je me sens contraint de raconter ici, car, si je le passais sous silence, je faillirais à ma tâche de témoin fidèle.

La promenade avait commencé ce jour-là comme toutes les autres. Haroun voulait fureter, je n’étais pas moins curieux. Nous savions qu’il y avait, à l’ouest de la ville, un petit faubourg nommé el-Mers dont notre maître d’école ne parlait qu’avec une sorte de moue inquiète. Etait-il loin ? Etait-il dangereux ? D’autres que nous se seraient arrêtés à ces détails ; nous nous contentions de marcher.

En arrivant à ce faubourg, vers midi, nous comprîmes sans peine de quoi il retournait. Dans les rues, des femmes adossées aux façades, ou à des portes ouvertes qui ne pouvaient être que celles des tavernes. Haroun mimait les allures aguichantes d’une matrone.

Et si nous allions voir ce qu’il y avait dans les tavernes ? Nous savions qu’il nous était impossible d’y entrer, mais nous pouvions toujours y jeter un coup d’œil à la sauvette.

Nous approchons donc de la première. La porte est entrouverte. Nous tendons nos deux petites têtes à l’intérieur. Il fait obscur. Nous ne voyons qu’un attroupement de clients. Au milieu, une abondante chevelure rousse. Rien d’autre, car on nous a déjà repérés et nous détalons en vitesse, tout droit vers la taverne de la rue à côté. Il ne fait pas plus clair, mais nos yeux s’orientent plus vite. Nous comptons quatre chevelures, une quinzaine de clients. Dans la troisième, nous avons le temps de distinguer quelques visages, quelques coupes luisantes, quelques carafes. Le jeu continue. Nos têtes inconscientes s’engouffrent dans la quatrième. Il fait plus clair, nous semble-t-il, nous distinguons tout prés de la porte un visage. Cette barbe, ce profil, cette allure ? Je retire ma tête et me mets à courir dans la rue. Je ne fuis ni les tenanciers ni les videurs. L’image que je veux laisser loin derrière moi est celle de mon père assis dans la taverne, à une table, avec à ses côtés une chevelure étalée. Moi, je l’ai vu, Haroun l’a sûrement reconnu. Lui-même nous a-t-il aperçus ? Je ne le pense pas.

Depuis, il m’est arrivé plus d’une fois d’aller dans des tavernes et des quartiers plus sordides qu’el-Mers. Mais, ce jour-là, la terre se dérobait sous mes pieds. On aurait dit le jour du Jugement. J’avais honte, j’avais mal. Je n’arrêtais pas de courir, les larmes le long des joues, les yeux presque fermés, la gorge prise, le souffle étranglé.

Haroun me suivait, sans me parler, sans me toucher, sans même venir trop près. Il attendit que je sois épuisé, que je m ‘assoie sur le pas d’une échoppe close. Lui-même s’assit à côté, toujours sans un mot. Et puis, au bout d’une longue heure, alors que je me relevais, plus calme, il se mit debout et , imperceptiblement, me dirigea vers le chemin du retour. C’est seulement, quand, au crépuscule, nous arrivâmes en vue de la maison de Khâli que Haroun parla pour la première fois :

 » Tous les hommes sont toujours allés dans les tavernes ; tous les hommes ont toujours aimé le vin. Sinon, pourquoi Dieu aurait-il eu besoin de le défendre ? « 

Le lendemain même, je revis Haroun le Furet sans déplaisir. C’est la rencontre avec mon père que je redoutais. Fort heureusement, il devait partir pour la campagne où il cherchait un terrain à louer. Il revint quelques semaines plus tard, mais alors le destin avait déjà noyé mes peines et les siennes dans de plus grands malheurs.

(…)

2) L’auteur . Nous savons autant de choses de son auteur, Amin Maalouf car il est bien connu. On n’oserait plus rien dire. Vous pouvez vous approcher de lui en lisant tous les articles qu’il y a dans la rubrique « Échos Littéraires» de l’Atelier, en plus de la formidable vidéo qui nous parle de Léon L’Africain:

Vodpod videos no longer available.

 

 

et son<a name= »discours »> discours </a> au moment de recevoir le prix « Príncipe de Asturias »:

Vodpod videos no longer available.

3) Soulignez dans votre livre la/les phrases lues jusqu’à présent qui vous ont le plus fait réflechir, touché(e), ému(e) , ébloui(e)…

Voici en espagnol un extrait d’un entretien fait à A. Maalouf sur El País, à l’occasion de la réception du prix « Príncipe de Asturias »:

« España, un país muy querido. (…) España tiene un pasado romano, un pasado fenicio, el pasado de la presencia árabe. Es también es país de la Reconquista, de Santiago de Compostela, del descubrimiento de América… Es todas esas cosas. Y la riqueza de España es asumir, respetar e incluso amar todos los momentos de su historia. Porque todos esos momentos han contribuido a lo que es ahora. De manera que no tengo ningún problema en saludar los grandes momentos del pasado de España, y especialmente el gran momento de coexistencia que representa España”

(« L’Espagne est un pays très aimé. (…) L’Espagne a un passé romain, un passé phénicien, le passé de la présence arabe. Il est aussi le pays de la Reconquista, de Saint Jacques de Compostelle, de la découverte de l’Amérique … C’est toutes ces choses. Et la richesse de l’Espagne est celle d’assumer, de respecter et même d’aimer chaque instant de son histoire. Car tous ces moments ont contribué à faire de L’Espagne ce qu’elle est de nous jours. Donc je n’ai aucun problème à bien vouloir saluer les grands moments du passé de l’Espagne, et surtout le grand moment de coexistence représenté par l’Espagne elle même »).

Publicités

Une Réponse

  1. […] faut retourner sur l’article « Une petite boussole pour le prochain voyage littéraire » pour retrouver quelques orientations pour guider la discussion sur cette […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :