• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 330 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    2016-2017: Une année… sur Noël multicouleur
    2016-2017: Une année… sur Chagrin en temps de jeune…
    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 126,800 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Le guérilléro linguistique

Khair-Eddine, enfant terrible de la littérature maghrébine

Khair-Eddine, enfant terrible de la littérature maghrébine

Notre nouvel écrivain, le marocain Mohamed Khaïr-Eddine a attendu sagement et patiemment pour lui consacrer deux séances à parler autour de son roman «Il était une fois une vieux couple heureux ».
Ce serait bien de commencer, comme pour toutes les histoires, avec une petite biographie de cet auteur. On a pris comme références la conférence d’ABdellah Baïda d’Avril 2009, déjà mentionné dans le blog,  et le grand immense et profond travail de recherche fait par Baïda sur son livre « Les voix de khaïr-Eddine. »

Alors , « il était une fois un enfant terrible de la littérature maghrébine appelé Khair-Eddine »

Cet auteur est né en 1941 à Tafraout, dans le Sud du Maroc. Élevé sans père, parti à la recherche de la fortune au nord du pays, il partira lui-même à Casablanca, où il étudiera pendant son adolescence. À dix-neuf ans un événement qui marquera sa vie va se déclencher : le séisme d’Agadir de 1960. On est arrivé à dire que sa vie va devenir un séisme elle-même, tel est l’impact que la vision de la souffrance qu’un Khair-Eddine journaliste va trouver au lieu de la catastrophe va lui produire. Il ne pardonnera jamais à un Dieu qui peut oublier d’une telle façon à ses créatures.

Un an après il abandonnera ses études pour se dédier à l’écriture et suivre ses idées politiques. À cause de ces deux pulsions il va s’exiler en France en 1965 où il travaillera comme ouvrier. L’exile devient ainsi une façon de vivre, un trait de sa personnalité. Un exilé permanent, même à l’intérieur de son âme, car il est incapable de trouver des liaisons avec aucune des cultures et des sociétés qu’il va connaître. « Une perpétuelle vie d’errance », la vie d’un déraciné.

Si je rentre maintenant au Maroc, c’est pour mettre entre moi et la France non point une barrière, mais une certaine distance mentale. Je veux égalment me retremper dans ce pays qui est le mien et que j’avais déserté. C’est comme ce que j’ai écrit vers la fin d’Agadir, là où il n’y a plus ni point ni virgule…

En 1979 il retournera au Maroc, après avoir mené une vie erratique en France, un style de vie qui répétera au Maroc où il n’arrive pas à se développer comme écrivain, sauf quelques collaborations dans quelques journaux locaux. Il retourne plusieurs fois en France et, finalement, il va mourir au Maroc en 1995.
Cette vie chaotique et constamment en lutte, est la raison de ne pas avoir laissé une œuvre abondante, tout à fait écrite dans sa période d’exil en France :7 romans et 5 recueils de poésie. Il s’agit d’une œuvre avec des traits clairement autobiographiques, et d’un ton « violent, vindicatif et sacrilège » selon l’opinion de ceux qui ont fait des études sur l’auteur.

Vodpod videos no longer available.
Khaïr-Eddine rejet toute forme de pouvoir et devient un auto marginé de la société dans laquelle il ne trouve pas son lieu. Son opposition à la culture, la politique et la religion se projette aussi dans sa littérature et c’est pour ça que l’on a qualifié de «guérilléro lingüistique », un « terroriste de la langue et de l’écriture ».

Sa facette comme « étranger dans le monde » se reflète dans sa vision contradictoire de ses origines qui mêle une vision parfois idyllique de la culture berbère avec une critique féroce à la soumission de cette culture à la modernité.
D’après ABdellah Baïda, Khair Eddine répresente le retour vers la culture marocaine. Il dit de son style : « Khaïr-Eddine remet en cause toutes les règles classiques de construction du récit : il n’y a plus de distinction entre le discursif et le narratif, les genres sont mélangés (une même œuvre peut réunir à la fois un récit romanesque, une pièce de théâtre et de la poésie), il n’y a plus de continuité ni d’unité de l’espace et du temps, l’intrique elle-même est éclatée, les personnages sont presque toujours des êtres anonymes, désignés par des pronoms ou des qualificatifs. «

Mohammed Leftah a dit à propos de KhaÏr Eddine : « (…) D’où ma conclusion : relire « Agadir » et, si possible, l’ensemble des écrits d’un écrivain réputé difficile, déroutant. »( M. Leftah. Le journal hebdomadaire octobre 2007)

Vodpod videos no longer available.

Œuvre de Khaïr-Eddine:

  • Nausée noire (poésie), Londres, Siècles à mains, 1964.
  • Agadir (roman), Paris, Seuil, 1967.
  • Corps négatifs, suivi de Histoire d’un bon Dieu (roman), Paris, Seuil, 1968.
  • Soleil arachnide (poésie), Paris, Seuil, 1969.
  • Moi l’Aigre (roman), Paris, Seuil, 1970.
  • Le Déterreur (roman), Paris, Seuil, 1973.
  • Ce Maroc (poésie), Paris, Seuil, 1975.
  • Un odeur de mantèque (roman), Paris, Seuil, 1976.
  • Une vie, un rêve, un peuple, toujours errants (roman), Paris, Seuil, 1978.
  • Légende et vie d’Agoun’chich (roman), Paris, Seuil, 1984.
  • Mémorial (poésie), Paris, Seuil, 1991.
  • Il était une fois un vieux couple heureux, Paris, Seuil, 2002.

Pour en lire plus

Publicités

3 Réponses

  1. Une référence qui n’est pas mal du tout. J’ai découvert Mohamed Khaïr-Eddine au Maroc il y a trois mois, et son récit « Il était une fois un vieux couple heureux », que j’avais d’abord achêté par hasard m’a paru très intéressant. C’est une critique stricte contre la société de consommation dont on fait partie aujourd’hui, mais en même temps il n’échappe pas à la nécessité de l’être humain de se servir de ce à quoi il a accès (voici le progrès) pour rendre son quotidien plus pratique, souvent au détriment des coutumes ancestrales. Il ne s’agit que d’un récit plein de beauté dans tous ses petits détails.

    • Merci de votre gentil et intelligent commentaire. Nous sommes heureux de l’avoir reçu. Nous pensons comme vous qu’ « Il était une fois… c’est un beau récit d’une grande purété linguistique. Cet auteur a été une grande découverte , il nous a permis de regarder le Maroc, ce pays si proche et si lointain , d’un regard profond et poétique. On dirait que vous êtes un grand connaisseur de la langue et de la littérature française … et de la culture marocaine???
      Au plaisir de continuer à échanger des opinions littéraires avec vous…
      L’atelier de littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :