• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 321 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
    Symétrie meurtrière… sur Camus-Sansal, Sansal-Camus:…
    Symétrie meurtrière… sur Retour à la vie
  • Nous avons eu...

    • 125,878 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

La mort paresseuse

La mort paresseuseComme si elle ne voudrait pas faire son travail, la mort –parfois pressée, parfois cherchant ses victimes d’une manière inopportunément obscène – a décidé d’enlever le même jour deux âmes qui, ayant vécu une très longue vie, elles paraissaient avoir trouvé le secret de la vie éternelle. Car, en effet, la transition octobre-novembre 2009, restera comme la période où toute l’Humanité perdit deux de ses plus illustrés fils : l’espagnol Fancisco Ayala et le français, Lévy-Strauss.

L’Atelier veut dédier quelques mots à rendre hommage à ces deux personnages.

Levy Strauss

Levy Strauss: "L'être humain universel"

Né le 28 novembre 1908, Claude Levy-Strauss devint un anthropologue et ethnologue décisif pour illuminer avec ses idées toute la pensée de la seconde moitié du XXème siècle. Pendant 23 années, il occupa sa chaire d’anthropologie sociale à l’Université et il atteint son centenaire en tant que membre de l’Académie française. Les mythes, ses études sur l’existence de une vraie science dans les peuples primitifs et beaucoup d’œuvres dédiées à la divulgation de sa pensée dans des cercles moins académiques a fait de lui un penseur avec une grande influence et popularité, toujours sous le dénominateur commun de remarque des profondes similitudes entre les comportements de tous les êtres humaines. Il est mort le 30 octobre 2009.

Francisco Ayala

Ayala: À la recherche du sens de la vie

Trois jours plus tard, le 3  novembre, nous voyons disparaître Francisco Ayala, écrivain espagnol, né à Granada en 1906. Philosophe, licencié et docteur en Droit il devra s’exiler en Argentine pendant la guerre civile espagnole où il vécut une intense vie comme écrivain et journaliste, en plus qu’il continua à faire des cours. Il retourna en Espagne à 1960 et en 1983 il devint membre de la Real Academia Francesa. Gagneur du Premio Nacional de las Letras Españolas, du Prix Cervantes en 1991 et, en 1998, du Prix Príncipe de Asturias de las Letras. C’est l’auteur de presque une centaine d’œuvres, entre romans et essais, parmi lesquels il faut souligner la Tragicomedia de un hombre sin espíritu (1925), El hechizado (1944) ou la récente El jardín de las delicias (1971). Son influence littéraire a été décisive pour comprendre la littérature espagnole et quelques uns l’ ont comparé à des classiques littéraires. Sa principale préoccupation a été celle de trouver le vrai sens dans les événements quotidiens, du sens de la vie en résumé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s