• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 321 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
    Symétrie meurtrière… sur Camus-Sansal, Sansal-Camus:…
    Symétrie meurtrière… sur Retour à la vie
  • Nous avons eu...

    • 125,878 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Conférence: “LE DÉREGLEMENT DU MONDE”.- Amin Maalouf

Amin Maalouf

Amin MaaloufL

  • Lieu: CASA ARABE
  • Date: 28 SEPT 09
  • Directrice: Gema Muñoz
  • Journaliste: Javier Rioyo

Il ne connaissait pas encore “la Casa Arabe” et dit d’être enchanté de pouvoir être là et à Madrid. Il prononce quelques mots et on passe tout de suite à l’intervention du journaliste et de la directrice pour établir un débat sur son livre et ses réflexions. Voici quelques-unes.

  • « Nous vivons dans des sociétés complexes, diverses, »
  • « C’est à travers la culture que nous pouvons nous connaître les uns les autres «

D’après le journaliste c’est un livre écrit avec de  » la sagesse, la perspicacité, la passion et la colère » (SENSATEZ, LUCIDEZ, PASION E IRA) Il veut qu’A. Maalouf explique ce sentiment de « colère ». Le journaliste lui parle en espagnol et A. Maalouf prend ses écouteurs, il dit qu’il ne veut pas perdre « les nuances » des questions, il ne connaît pas suffisamment bien la langue espagnole.

  • « Nous n’avons pas le droit de ne pas résoudre les problèmes de notre monde. »
  • « nous n’avons pas d’excuses, nous avons les moyens pour les résoudre (voilà pourquoi sa « colère».)
  • « j’ai écrit ce livre car j’avais le sentiment que quelque chose n’allait pas dans ce monde »

Amin Maalouf est un homme d’aspect agréable, aimable, pas du tout agressif quand il parle, avec la prononciation de ses « r » caractéristiques. Il n’accuse pas, il ne culpabilise pas, il expose tout simplement « ce déreglement mondial »

  • « le « marché » a toujours raison, ce n’est pas important si on laisse beaucoup de gens au bord de la route ».
  • « je suis sensible aux problèmes de ces deux mondes : l’occidental, et l’arabe . les deux sont en crise. Pour le monde arabe la crise est évidente, c’est une tragédie qui n’a pas de précédent.
  • « On a besoin de se poser ce problème parce que le monde a changé »
  • « il y a une civilisation globale qui est en train de naître. Il faut que tout le monde se reconnaisse dans cette civilisation ».
  • « Nous sommes devenus une nation planétaire ».

(Il dit  qu’il est né au Liban où il  a habité pendant ses premiers 27 ans , et après il est parti à Paris où il habite depuis 33 ans. )  Il a en ce moment 60 ans

À la demande du journaliste Javier Rioyo sur les « minorités »,  A. Maalouf a fait un parcours par une des minorités qu’il connaît, ou connaissait « LOS MANDEOS » c’est une petite communauté installée en Irak qui est en train de disparaître. Il avait utilisé un de ces personnages MANI  (de là le mot « maniqueisme ») pour un de ses livres.

Maalouf regrette beaucoup la disparition de tous ces cultures millenaires.

« Nous sommes tous minoritaires dans le monde d’aujourd’hui »

Javier Rioyo continue et dit :  « en la memoria de los pueblos nada prescribe » (dans la mémoire du peuple rien prescrits)

  • “je suis un peu inquiet, aujourd’hui on n’a pas beaucoup avancé . Quand on laisse les choses s’envenimer, infecter, après c’est déjà trop tard pour faire en arrière, on finit par payer le prix « .
  • « nous devons apprendre à vivre dans ce monde planétaire »

Une autre question du journaliste « ¿cuando van a confraternizar árabes y judios? » (Quand les Arabes et les Juifs fraterniseront?)

Sur ce sujet A. Maalouf est pessimiste car si on dit : « il n’y a pas de solutions ».

(Petite anécdote de CEAUCESCU  et l’écriteau. À cette époque-là pendant les manifestations contre ce dictateur on pouvait lire dans  un écriteau :  « CEAUCESCU , tu n’as pas ta place en Europe »)

On a abordé aussi le sujet de la DECOLONISATION, celle-là n’a pas amélioré la vie des pays, par exemple la colonie française lorsqu’elle est partie d’Algérie.. du Liban .

D’après lui, « la colonisation française, dans l’ensemble, était mauvaise, sauf au Liban.

Il cite de manière nostalgique les empires OTTOMAN et AUSTRO-HONGROIS. Il fait référence aussi, de manière nostalgique à  Al Andalus. À ce propos il cite un livre de Stephen Zweig : »Mémoires d’un européen ».

Maalouf revendique « la dignité culturelle », car c’est une chose essentielle. Il se demande pourquoi les pays du Sud (dans ce cas les pays arabes) apprennent toutes les langues du pays du Nord. Ce serait bien, d’après lui, pour les gens du Nord d’apprendre les langues du Sud. L’être humain doit sentir que sa culture est reconnue, respectée, qu’on puisse s’adresser à lui dans sa propre langue..

Il y une question du public qui se questionne fortement  sur « les démocraties » occidentales.  Ces démocraties ne sont pas un exemple à suivre.

Une autre question du public : Pourquoi il n’y a pas de révolutions maintenant ? »

Maalouf met  en relief le besoin de la notion de « citoyen » et non pas se contenter tout simplement de la notion d’une  democratie formelle. Il reconnaît qu’il y a une regression morale , les gens assistent impassibles aux désastres de « pateras » et la réclusion des immigrants dans des îles comme s’ils étaient des pestiférés . (par exemple le cas de l’île de Lampedusa)

On est à une époque où les gens acceptent beaucoup de choses.

Dans le public, quelqu’un lui dit s’il ne peut pas faire quelque chose pour améliorer la situation au Liban..Il dit que : »l’écrivain jette une bouteille à la mer »

De cette belle séance à la quelle j’ai eu la chance d’assister je retiendrai les suivants axes importants de l’exposition des réflexions de cet écrivain :

  • L’importance la connaissance à travers la culture
  • Le monde a changé, il y a une civilisation globale qui est en train de naître
  • La crise de deux mondes : occidental, arabe
  • La dignité culturelle
  • La défense des minorités
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s