• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 330 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    2016-2017: Une année… sur Noël multicouleur
    2016-2017: Une année… sur Chagrin en temps de jeune…
    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 126,800 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Le « net », toute embrouillé

Internet, bienvenue à la jungle

Internet, bienvenus à la jungle

Ma fille est engagée  à “Tuenti”; mes amis m’ont invité à « Facebook » ; on m’a demandé de partager mes travaux chez « Twiter » et mes photos ne seront jamais connues si elles ne finissent pas affichées à «Flickr». C’est le nouveau phénomène appelé le «réseau social ». Mais, à quoi ça sert ? C’est sans doute une réponse actuelle aux nécéssités de communication, surtout des jeunes et des personnes « technologisés » , enracinée à une des caractéristiques les plus définies de l’être humain. Mais, c’est aussi une manifestation, à mon avis, d’un certain manque de pudeur qui leur fait avoir besoin de posséder une image publique, parfois au-dessus de la vraie personnalité. On ne sera personne si tu ne « surfes » sur le net, si tu n’appartiens pas à un groupe social, si tu n’as pas ton propre avatar ou si tu n’as pas crée ton propre compte pour faire partie du réseau social.

L’idée de « se communiquer »  c’est intéressant mais l’idée de se mettre en relation avec n’importe qui et sans aucun besoin d’arriver à une vraie connaissance de l’autre pose une sorte de paradoxe bizarre, de contradiction profonde entre le propos et le moyen. Par rapport à ce sujet on est devenu pratique : on laisse un mel, on envoie un SMS avec le portable, mais n ‘y a-t-il pas au dessous de toute cette apparence une résistance à la communication tête-à-tête, à se regarder dans les yeux pendant que l’on est en train de dialoguer ?

Il m’est arrivé récemment une situation curieuse et presque drôle avec une fille ados. Elle avait besoin de se mettre en contact avec ses amis et au lieu de se passer un coup de téléphone, elle a décidé de laisser un message dans une de ces webs du réseau social. Une autre amie à moi c’est engagée à un service de relations personnelles sur le net. Ce sont tous des phénomènes qui doivent être regardés avec de nouveaux yeux mais c’est aussi important de ne pas oublier que, de la même façon qu’il existent encore les livres et non seulement l’Internet pour trouver de l’information, c’est pour le moment en vigueur la méthode classique de se communiquer.

Si l’évolution naturelle laisse d’un côté les structures non utilisées et sélectionne celles qui sont les plus utiles pour la survivance, peut-être l’être humain du futur va perdre ses cordes vocales et il va développer des doigts plus longs pour ainsi mieux frapper les touches de l’ordinateur et, qui sait, parfois la télépathie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :