• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 318 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
    Symétrie meurtrière… sur Camus-Sansal, Sansal-Camus:…
    Symétrie meurtrière… sur Retour à la vie
    Symétrie meurtrière… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 122,503 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Pensées à l’intérieur d’un Harem

mernissi2

Parfois, il y a des moments pour lesquels il faut réduire la vitesse, se laisser emporter et en profiter. Parfois, un livre arrive à créer une telle situation d’esprit et cela a été le cas du livre « Rêves de femmes », de l’écrivaine marocaine Fatema Mernissi et qui a été le sujet de la dernière séance de lecture de l’Atelier. Pour presque la première fois tout le groupe était d’accord sur les bontés de cette œuvre: un regard pas du tout âpre sur la situation des femmes aux harems des années 40.

C’est curieux, mais le blog est devenu un peu « arabiste »: ce sont beaucoup plus les livres abordés qui ont été écrits par des écrivains d’origine arabe ou reliés au monde musulman. Mais, dans des occasions passées la vision apportée était bien marquée par les efforts des personnages pour s’en sortir, pour vaincre le destin qui s’imposa sur eux comme conséquence d’être nés à un moment ou dans un lieu concret.

C’est pas le cas de Fatema Mernissi. Elle, qui est sans doute pour la libération des femmes même dans le monde musulman, montre avec une grande clarté les graves contradictions qui secouent aussi le monde « occidental ». (Il ne faut que lire le magnifique entretien  « Seules les musulmanes persécutées intéressent l’Occident » où elle frappe avec ironie et avec des mots aigus la sûreté et la supériorité que souvent sont éprouvées par les occidentaux et leur interprétation partielle du monde musulman)

Les Espagnols, nous, qui avons sans doute de profondes racines qui nous lient au monde au-delà du Detroit de Gibraltar -700 cents ans de présence arabe chez nous en Espagne laissent des traces-, nous avons des coutumes, des manifestations artistiques, musicales, etc qui nous situent dans une position privilégiée pour comprendre la vision des musulmans et pour contribuer à réduire la profonde -et injustifiée- blessure qui sépare l’Orient et l’Occident.

La famille, qui était si importante chez nous il y a seulement quelques années, est présente chez les musulmans comme une espèce d’enseigne. Le harem présenté par Fatema Mernissi est la manifestation structurale de cet esprit familier. Tout un débat s’est développé dans l’atelier autour du sacrifice des femmes enfermées dans les harems. Coutume ou torture? Un peu de tout peut-être. Ce serait bien de compter sur l’opinion des musulmans pour connaître au fond et « d’écouter de leur bouche » quelle est la vraie situation des femmes chez elles dans les sociétés actuelles. Si l’on respecte vraiment le principe de l’Islam qui reconnaît l’égalité entre les hommes et les femmes.

Avec l’ambition de nous approcher de cette réalité, de contribuer à créer un monde plus généreux, où la diversité deviendra une source de richesse et d’humanité et pas une raison pour la haine où la division entre les peuples, les membres de l’atelier avons décidé de dédier à ce livre l’opportunité de nous faire réfléchir un peu sur la liberté, la compatibilité entre la modernité et le maintient des valeurs qui construisent une société perdurable, juste, équilibrée et tolérante.

Le style de Fatema Mernissi, facile à lire, avec un vocabulaire riche qui mêle sans aucun effort les mots arabes et les mots français, qui est plein d’un esprit pédagogique -comme le montre la partie finale où l’on explique quelques coutumes arabes, quelques aspects historiques du Maroc où l’auteure exprime sa propre vision sur quelques aspects conflictuels des sociétés islamistes au XXIè siècle – sera sans doute une opportunité de reprendre une situation passée -celle des harems des années 40- , d’arriver à comprendre quelques aspects de la situation actuelle et de pouvoir illuminer un peu l’avenir avec la lumière de l’espoir.
Pour accompagner cette lecture et guider la réflexion, Inma nous a donné une autre guide de lecture complémentaire de la première qu’elle nous avait donnée (je crois qu’elle a aussi ressenti le besoin de bien réfléchir sur le livre et d’en extraire toutes les idées cachées dans ses pages; c’est pour ça qu’une seule guide n’était pas suffisante). Elle y a ajoutée des lectures complémentaires qui sont affichées à la fin de cet article.

Si vous, visiteurs que de plus en plus nous faites le cadeau de votre visite, avez lu ce livre, on vous invite à écrire et à exprimer vos impressions, vos idées et à contribuer ainsi à enrichir la valeur de cet atelier comme lieu de réflexion ouvert.

Pour en savoir plus

Une Réponse

  1. […] d’autres cultures et des temps passés de Fatima Mernissi dans ses «Rêves des femmes». L’innocence enfantine d’«Une année chez les Français» de Fouad Laroui… et tant […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s