• Bienvenus à l’Atelier de Littérature d’Expression Française

    Bienvenues à l'Atelier de Littérature française
    Si vous, internaute, d’où que vous veniez, vous êtes arrivé sur ce blog emporté par l'espoir de trouver un lieu où partager votre intérêt pour la littérature en langue française, vous êtes les bienvenus. Veuillez bien participer avec vos inquiétudes et vos idées en répondant aux posts affichés. Merci de votre visite et de vos opinions..

    Les membres de l'atelier de littérature.

    Tous à vos tâches
  • Pour nous trouver...

    Vendredi de 17h-19h (Consultez le calendrier sur la marge droite)
  • J’aime lire

  • Lisez le Bulletin de l’Atelier

    Lisez le Bulletin de l'Atelier
  • Version iPad-iPhone

    Version iPad-iPhone

    Cliquez sur l'image, téléchargez Flipboard et regardez le magazine de l'Atelier sur ton iPhone, ipad

  • Contributions

    Contributions
  • Chercher para catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 339 autres abonnés

  • Follow Atelier de littérature d'expression française on WordPress.com
  • Vidéothèque

  • RSS Vidéothèque sur l’Islam (en espagnol)

  • Phonothèque

    Phonothèque
  • RSS Audiolivres

  • Fiches de lecture
  • Échos littéraires

    Échos littéraires
  • Ecos literarios

  • La bibliothèque de l'Atelier

    La bibliothèque de l'Atelier

  • Mon livre préféré

    Mon livre préféré
  • Articles les plus consultés

  • Archives

  • Commentaires récents

    2016-2017: Une année… sur Noël multicouleur
    2016-2017: Une année… sur Chagrin en temps de jeune…
    Témoignage sur l… sur Rentrée
    Re-vivre la vie | At… sur Peindre pour survivre
    Leticia Hernández Ló… sur Le crépuscule des coeurs
  • Nous avons eu...

    • 129,086 visiteurs
  • Visiteur
  • Administration

Une fiche de lecture “étrangère”

Camus, un géant à interpreterIl me semble très difficile de pouvoir construire une fiche de lecture pour ce chef-d’oeuvre. J’ai tardé à le faire car je ressens une forte pudeur devant tout ces mots, cette philosophie de la vie, cet écoeurement ou plutôt découragement profond. C’est la troisième fois que je lis cette histoire, et je suis toujours émue. C’est aussi un livre qui a marqué des générations entières. Avant de commencer à étaler ma proposition de fiche je me demande et je vous demande de réfléchir à la question suivante :

Avons-nous, tous, un Mersault chez nous?

Inma

1) Pour ne pas répéter les milliers d’études qui ont été déjà consacrées à cette oeuvre littéraire il m’a semblé « efficace » aborder le livre et sa philosophie à travérs les dernières lignes des certaines chapitres et de faire une étude plus approfondie du dernier, là où se résume toute la philosophie de Camus .

Pour chaque extrait on fera un commentaire personnel à travers les sentiments que vous inspirent ces lignes.

PREMIÈRE PARTIE

I

« … Il y a eu encore l’église et les villageois sur les trottoirs, les géraniums rouges sur les tombes du cimetière, l’évanouissement de Pérez (on eût dit un pantin disloqué), la terre couleur de sang qui roulait sur la bière de maman, la chair blanche des racines qui s’y mêlaient, encore du monde, des voix, le village, l’attente devant un café, l’incessant ronflement du moteur, et ma joie quand l’autobus est entré dans le nid de lumières d’Alger et que j’ai pensé que j’allais me coucher et dormir pendant douze heures. »

II

« … J’ai pensé que c’était toujours un dimanche de tiré, que maman était maintenant enterrée, que j’allais reprendre mon travail et que, somme toute, il n’y avait rien de changé.

V

« … Il a souri un peu et avant de partir, il m’a dit : « j’espère que les chiens n’aboieront pas cette nuit. Je crois toujours que c’est le mien ».

VI

« …J’ai compris que j’avais détruit l’équilibre du jour, le silence exceptionnel d’une page où j’avais été heureux. Alors, j’ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s’enfonçaient sans qu’il y parût. Et c’était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur. »

DEUXIÈME PARTIE

I

« … « C’est fini pour aujourd’hui, monsieur l’Antéchrist ». On me remettait alors entre les mains des gendarmes. »

II

« Je me suis souvenu alors de ce que disait l’infimière à l’enterrement de maman. Non, il n’y avait pas d’issue et personne ne peut imaginer ce que sont les soirs dans les prisons. »

III

« Ce qui m’attendait alors, c’était toujours un sommeil léger et sans rêves. Et pourtant quelque chose était changé puisque, avec l’attente du lendemain, c’est ma cellule que j’ai retrouvée. Comme si les chemins familiers tracés dans les ciels d’été pouvaient mener aussi bien aux prisons qu’aux sommeils innocents. »

IV

« Les gendarmes étaient très doux avec moi. L’avocat a posé sa main sur mon poignet. Je ne pensais plus à rien. Mais le président m’a demandé si je n’avais rien à ajouter. J’ai réfléchi. J’ai dit : « Non. » C’est alors qu’on m’a emmené.

2) DERNIER CHAPITRE :

Je voudrais que vous souligniez ce qui a été le plus chocant pour vous, le plus frappant, le plus difficile à comprendre, le plus dur à admettre, ou bien ce qui vous a donné le plus d’espoir dans l’espèce humaine.

Qu’est-ce que l’on peut dire des idées de Camus face à la vie, face à la mort, face à tout ce qui nous entoure, face nos être plus proches…

3) Mais on ne peut pas finir sans essayer de qualifier , étant donné la complexité du personnage, les relations humaines qu’il a ou qu’il cherche à avoir avec :

  • sa mère
  • ses voisins (Salamano, Raymond)
  • Celeste
  • Marie
  • L’aûmonier

4) Et pour finir on va commenter cette phrase de CAMUS extraite de L’étranger :

« L’absurdité est surtout le divorce de l’homme et du monde ».

Et une autre phrase de son oeuvre : « L’homme revolté »

« L’homme est la seule créature qui refuse d’être ce qu’elle est »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :